Seizième dimanche du Temps Ordinaire

dimanche 19 juillet 2020

Première lecture

Sg 12:13,16-19

Car il n'y a pas, en dehors de toi, de Dieu qui ait soin de tous, pour que tu doives lui montrer que tes jugements n'ont pas été injustes. Car ta force est le principe de ta justice, et de dominer sur tout te fait ménager tout. Tu montres ta force, si l'on ne croit pas à la plénitude de ta puissance, et tu confonds l'audace de ceux qui la connaissent; mais toi, dominant ta force, tu juges avec modération, et tu nous gouvernes avec de grands ménagements, car tu n'as qu'à vouloir, et ta puissance est là. En agissant ainsi, tu as appris à ton peuple que le juste doit être ami des hommes, et tu as donné le bel espoir à tes fils qu'après les péchés tu donnes le repentir.

Deuxième lecture

Rm 8:26-27

De même aussi l`Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu`il nous convient de demander dans nos prières. Mais l`Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l`Esprit, parce que c`est selon Dieu qu`il intercède en faveur des saints.

Évangile

Mt 13:24-43

Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l`ivraie parmi le blé, et s`en alla. Lorsque l`herbe eut poussé et donné du fruit, l`ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n`as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D`où vient donc qu`il y a de l`ivraie? Il leur répondit: C`est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l`arracher? Non, dit-il, de peur qu`en arrachant l`ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l`un et l`autre jusqu`à la moisson, et, à l`époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d`abord l`ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu`un homme a pris et semé dans son champ. C`est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. Il leur dit cette autre parabole: Le royaume des cieux est semblable à du levain qu`une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu`à ce que la pâte soit toute levée. Jésus dit à la foule toutes ces choses en paraboles, et il ne lui parlait point sans parabole, afin que s`accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète: J`ouvrirai ma bouche en paraboles, Je publierai des choses cachées depuis la création du monde. Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s`approchèrent de lui, et dirent: Explique-nous la parabole de l`ivraie du champ. Il répondit: Celui qui sème la bonne semence, c`est le Fils de l`homme; le champ, c`est le monde; la bonne semence, ce sont les fils du royaume; l`ivraie, ce sont les fils du malin; l`ennemi qui l`a semée, c`est le diable; la moisson, c`est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges. Or, comme on arrache l`ivraie et qu`on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l`homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l`iniquité: et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.